NBA2K23 après 3 semaines de jeu

Il est l’heure de partager mon avis de gamer du dimanche sur NBA2K23, pour celles et ceux souhaitant un avis objectif d’un utilisateur « lambda » ne streamant pas 10h de jeu par jour et ne voulant pas dépenser d’argent dans le jeu. Oui, ça existe.

Et oui, au risque d’insister, il y a encore des joueurs qui veulent simplement s’amuser, une fois le jeu inséré dans sa console (ou téléchargé comme ça a été mon cas) sans trop réfléchir à tout un tas de tactiques, techniques et stratégies. Ces mots peuvent résonner très négativement dans les oreilles des plus jeunes ou des hardcore gamers, mais je persiste et signe, oui, le plaisir de jouer à une simulation de basket reste avant tout l’amusement qu’il procure. C’est d’ailleurs pour moi la même chose sur toutes les simulations de sport.

Prenez le temps pour le mode MaCarrière

Et en ça, je prends plaisir tous les ans à me poser devant la nouvelle mouture de 2K. Je prends plaisir à débuter une nouvelle histoire (MaCarrière) et à me laisser guider. -traîner aussi parfois, on ne va pas se mentir-
Mais cette fois, pas de draft ! Pas de match décisif déterminant vos chances de rejoindre la grande ligue. Tiens, l’année dernière je pestais contre la difficulté de ce fameux match clé et maintenant qu’il a disparu… rhalala, jamais contents ces joueurs hein ?!

Ah et puis tant qu’on y est, est-ce vraiment nécessaire de passer tant de temps à attribuer les notes à son joueur, avec ce système de badges qui, quand on ne s’y intéresse pas plus que ça, ne représentent que très peu d’intérêt ? Oui, notre joueur va être nul, on va se faire bouffer mais selon moi, un système de presets de base (quelques qualités de type shooteur, meneur rapide, pivot dominant…) devrait être largement suffisant et réduirait drastiquement le temps de création nécessaire de son nouveau profil / joueur. Laisser un joueur n’ayant jamais manipulé le mode de créateur myplayer seul et je ne suis pas certain qu’il réussisse sans aide de Google, YouTube ou Twitch à créer son joueur…
Je sais bien que beaucoup de joueurs prennent plaisir à créer leur nouveau profil et que cela fait entièrement partie de l’expérience de jeu. Ce n’est pas mon cas, sûrement trop flemmard !

Tous sur le Jordan Challenge

Commençons par ce qui ressort rapidement, oui, certains challenge avaient déjà été proposés dans NBA2K11 et oui l’image style « vidéo vintage » n’est pas indispensable tout le long des challenges. Sympa sur le premier match universitaire, moins pendant le Flu Game. (l’option est désactivable)
Mais le mode reste tout de même le plus gros plus de cette édition et c’est bien ce qui m’a fait le plus kiffer depuis l’installation du jeu.
Les pro-player diront que les défis sont trop simples, les autres diront que si B.J. Armstrong continue à venir prendre le 8ème rebond qui manque pour finir un défi, on va finir par modifier les roster et surtout les tactiques pour jouer très très au large et laisser Michael en pivot… certains comportements de ses coéquipiers peuvent faire péter les plombs mais ce n’est pas propre à ce mode de jeu, rassurez-vous (ou pas.)
Plus sérieusement, je laisse découvrir les défis à ceux n’ayant pas encore mis les mains dedans mais la répartition entre les matchs « les plus connus » en termes de stats de la carrière de MJ est plutôt bonne. De l’universitaire, Team USA, Bulls pré-premier titre puis 1er et second three-peat, tout y est.

Peut-on rêver à l’avenir d’avoir des commentaires en français (de Mister George ?!) sur ce type de mode spécial ?

Quant aux gains éventuels, là encore, me concernant, ce n’était pas l’enjeu du tout…

My Team, ce n’est pas ma bataille

A chaque mode son public et alors même que je collectionne les trading cards de basket, ce mode m’a toujours rebuté. Le principe de packer des joueurs, voire même plus globalement de Pay2win ne m’intéresse pas. A part le fun immédiat provoqué par le random du loot et les jolies animations pleines de suspense, non très peu pour moi. Le jeu coûte déjà assez « cher » pour ne pas avoir à payer pour s’amuser. Mais ce n’est qu’un mode au milieu d’un choix déjà très large.
Notez que l’amélioration principale est que l’on peut choisir de jouer un joueur fixe. Cela ravira sans aucun doute les adeptes du mode.

La fin des animations ?

J’en parle tous les ans, mais même en désactivant toutes les options de ralentis des meilleures actions, des animations etc. il reste trop d’animations et de temps d’attente. Certainement obligatoires pour gérer les temps de chargement et permettre la fluidité dans le gameplay mais ça reste très agaçant. Les temps-morts, les animations diverses et variées… non, stop, please !

Dans le mode de jeu standard permettant des matchs rapides, le choix des équipes n’a que très peu changé, il est forcément impossible de publier tous les rosters de toutes les saisons et cela n’aurait aucun sens globalement.

je regrette depuis des années l’absence d’un mode All-Star Week-end avec le retour d’un concours de shoots, de dunks etc. Pour 2K24, croisons les doigts…

Devin Booker, star de 2K23

Va t-il assumer son placement sur la jaquette du jeu la saison prochaine en NBA ? On peut l’espérer, en tout cas, tous les honneurs ont été placés sur le jeune joueur des Suns et le contraste entre l’avenir et la légende MJ est intéressant. Après Luka l’année dernière et avant… Victor Wem…. bon ok j’arrête !

En résumé et sans oublier ce que j’ai indiqué plus haut, à savoir que je ne suis pas un hardcore gamer, que je ne pousse pas tout un tas de fonctionnalités et de tactiques, j’ai beaucoup apprécié ce jeu. Irais-je dire que je l’ai trouvé plus « simple » et accessible que 2K22 ? Oui mais cette sensation ne se justifie pas vraiment par des choix ou évolutions techniques proposées par l’éditeur donc comptons sur le fait qu’il s’agit d’un ressenti personnel. J’ai adoré le mode Jordan Challenge, je regrette forcément qu’on ne puisse pas débloquer d’autres challenges en arrivant au bout des 15 mais cette limite est inévitable. Il faut savoir se contenter de ce qu’on a tout en remontant logiquement les quelques bugs structurants et persistants (les joueurs adverses en mode mur « transparent »).

Devin Booker est présent sur la jaquette de l’Édition Standard et l’Édition Numérique Deluxe cross-gende cette année. L’Édition Standard est disponible au prix de vente conseillé de 59,99€ sur Nintendo Switch et PC ; 69,99€ sur PS4 et Xbox One et 79,99€ sur PS5 et Xbox Series X|S.
L’Édition Numérique Deluxe est disponible au prix de vente conseillé de 84,99€ et permet aux joueurs d’accéder à l’Édition Standard sur les deux générations de jeux dans les mêmes familles de consoles PlayStation et Xbox.

Six fois Champion de NBA et Hall of Famer du Naismith Memorial Basketball, Michael Jordan est de retour sur la jaquette de NBA 2K23 sur les Éditions NBA 2K23 Michael Jordan Edition et la version ultra-premium l’Édition Championnat NBA 2K23. L’Édition NBA 2K23 Michael Jordan est disponible au prix public constaté de 149,99€ sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X|S, Nintendo Switch et PC.

Suivez NBA 2Ksur TikTokInstagramTwitterYouTube et  Facebook pour connaître les dernières informations sur NBA 2K23.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.