Joffrey LAUVERGNE, le grand gagnant de cette trade deadline ?

Joffrey Lauvergne

De prime abord, en bon franchouillard, voir un Français se faire balader de team en team n’est jamais réjouissant. Oui mais Joffrey Lauvergne a peut-être enfin gagné au change en étant tradé par le Thunder vers les Bulls.

Il quitte une équipe 7ème à l’Ouest mais surtout un joueur qui attire toute la lumière sur lui (Westbrook) pour rejoindre une équipe classée… 7ème à l’Est.
L’équipe de Jimmy Butler que l’on avait annoncé dans les dernières heures possiblement partant. Je n’aurais sans doute pas eu le même avis il y a encore 3 semaines, alors que le vestiaire des Bulls était proche de l’explosion. Mais aujourd’hui, tout laisse à penser que Wade, Rondo & co sont prêts pour conserver leur place de Playoffables et se faire gentiment sortir au premier tour. (sic)

C’est surtout une opportunité (à défaut d’être un choix) d’avenir pour l’intérieur Français de 25 ans car il met les pieds dans une équipe où il a clairement les moyens de s’imposer. Même si tout est loin d’être gagné d’avance surtout avec un coach aux décisions plus qu’étranges…

Au Thunder, il n’a jamais démarré un match cette saison en 50 apparitions. Alors que la saison dernière à Denver, il avait commencé 15 matchs sur 59 joués dans le 5. La faute à un Steven Adams titulaire n’affichant pourtant pas des stats folles (12 points / 8 rebonds en 30 minutes de jeu). Joffrey devait se contenter des miettes derrière Enes Kanter (un peu moins de 22 minutes en moyenne pour 14,4 points et 6,7 rebonds par match).

Des stats qui ne font pas rêver mais toutes les équipes ont besoin d’un guerrier comme Lauvergne

En plus de rester scotché sur le banc au coup d’envoi, il a surtout perdu 3 minutes de temps de jeu moyen et ses stats s’en ressentent, passant de 7,9 à 5,7 points et perdant aussi un peu plus d’1 rebond par match en moyenne. Les stats ne font pas rêver mais on le sait ne sont pas révélatrices de beaucoup d’aspect du jeu. Pourtant c’est bien la première chose que l’on regarde.

A Chicago, Lauvergne sera en concurrence directe avec Robin Lopez (10 points, 7 rebonds, 1,6 contres en 28 minutes de moyenne, sur 57 matchs joués, tous démarrés) et le Brésilien Cristiano Felicio (5 points, 5 rebonds en un peu plus de 15 minutes, soit le temps de jeu de Joffrey). Il y a donc peu de chance que le coach des Bulls tente l’aventure directement avec Lauvergne et il risque même de devoir prouver qu’il peut prendre ses minutes au Brésilien. Ou alors être décalé poste 4… Portis peut aussi déranger l’ascension du Français alors… il va falloir bosser.

Lauvergne avait décidé en 2015 de céder aux sirènes de la NBA en quittant Moscou en cours de saison et on le sait en NBA, rien n’est jamais fait. Il va falloir continuer à bosser sévère mais on a envie d’y croire pour notre frenchie.

Premiers éléments de réponse cette nuit à 2h contre Phoenix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.