Paul George dit « Hello » à la Nike PG1

Paul George commence 2017 aussi bien qu’il a terminé 2016, le vent dans le dos. Et cette fois, le vent ne l’a pas guidé vers le panier adverse mais à Londres, où il a débarqué plus tôt dans la journée avec son équipe des Pacers pour y affronter jeudi dans le cadre des NBA Global Games les Nuggets.

Histoire de profiter du voyage et de l’exposition qui va bien, Nike, son équipementier officialisait ce soir, dans le Foot Locker le plus central de la ville (Oxford Street) la sortie du première modèle au nom du #13, la Nike PG1. Oui, PG pour Paul George, vous avez tout compris et 1, car première du nom, qui en appelle donc beaucoup d’autres.

Le début d’année est souvent propice chez Nike pour les sorties de nouveaux modèles et la marque fait clairement fort avec un modèle des plus réussis. Le design donne envie, reste à vérifier la technique et le confort dès qu’on le pourra.

Jusqu’ici et ce depuis une dizaine d’années, à cette époque de l’année, on attendait la nouvelle mouture de la Kobe Bryant et c’est clairement un message fort que nous fait parvenir Nike, oui Paul George va et doit déjà compter dans le game des sneakers performance.

Qui pour mettre en avant l’Hyperdunk ?

Un autre choix fort se situe au niveau du prix. Jusqu’ici Paul George était l’égérie du modèle performance maison, l’Hyperdunk, chaussure de basket la plus portée au monde depuis plusieurs saisons. Pour répondre à ce joli petit défi, Nike propose cette nouvelle paire à $110 (on devrait l’avoir à 120€ en France). Pour un pro-modèle performance, cela représente une bonne nouvelle puisque les modèles sous la barre des 150€ se font de plus en plus rares.

Reste à prouver sur le terrain, dès jeudi soir, en prime-time Européen que la paire le fait aussi bien voler en vrai que dans NBA 2K17, dont il est tête d’affiche dans la version Française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.