Le buzz de la semaine #6 – Les chouineurs sont de sortie

Les chouineurs et le buzz, Charles Barkley, LeBron James et Draymond Green

Les chouineurs étaient de sortie la semaine dernière et on a presque entendu qu’eux… Charles Barkley dans son rôle d’analyste trublion d’un côté. LeBron James qui prend la mouche de l’autre. Et bien sûr le mec au milieu qui sort de nulle part, à qui on n’a rien demandé mais qui ne peut pas s’empêcher d’ouvrir sa bouche, Draymond Green.

« Mais môman, Charles il a dit que je chouine trop, c’est pas gentil, c’est plus mon copain ».

« Mais oui mon chéri, mais t’as encore des copains, regarde ce que dit Draymond, tu veux aller jouer avec lui ? »

Après avoir balancé des coups de genoux dans les parties à qui en voulait il y a quelques semaines, Draymond Green se présente en défenseur du King en posant sur la table l’argument le plus prépubère qui soit :

« Charles Barkley ne peut pas comprendre, il n’a pas gagné de titre NBA.

Ahh mais oui, il en fallait un, pour ressortir ce vieil argument pété et ça n’est certainement pas celui qui a suivi le plus à l’école qui le sort…

Du coup, Charles Barkley a dû revenir sur ses propos de base, qui visaient à dire que ça le fatiguait d’entendre LeBron James sans arrêt quémander, tel le copain pénible qui veut te piquer des BN, pour obtenir du renfort.

Sir Charles l’a dit une première fois à sa façon avec tout le cirque habituel qui permet des pics d’audience quand on le laisse en roue libre, oui, c’est ça la télé. Et c’est à ça que LeBron a répondu en utilisant des termes sûrement peu réfléchis, suite à une nouvelle défaite de son équipe.

« C’est un hater.

Le tout bien placé entre quelques vieux dossiers -le coup du All-Star Game où Barkley serait arrivé quelques instants avant le match car il était à Vegas…-

Barkley a ré-expliqué qu’il respectait le jeu, le parcours et l’homme, qu’il pensait être le meilleur joueur du Monde mais qu’il ne supportait pas de le voir pleurnicher alors qu’il a à ses côtés Irving et Love.

« Il est en course pour le back-to-back, il joue avec deux des meilleurs coéquipiers possible et il ne cesse de demander du renfort, c’est incompréhensible.

Et franchement, je partage totalement les propos de Barkley. Jusqu’à preuve du contraire, les Cavs sont toujours premiers à l’Est. Certes, ils viennent de finir un mois de janvier désastreux mais rien n’est fait, les Playoffs sont encore loins et ils ont encore le temps de travailler ce qui doit l’être. Et ce, même si Boston recolle de plus en plus.

Kyle Korver devait arriver pour tuer tout le suspens et puis…

Surtout après l’arrivée récente de Kyle Korver, qui devait normalement sceller la suprématie des Cavaliers, les rendant même « injouables ».
Et heureusement, le mois de janvier nous a prouvé que ça n’était pas -encore- le cas. Oui, ils doivent continuer à bosser, à s’améliorer, à apprendre à jouer ensemble et pas simplement juste aller chercher tous les meilleurs joueurs qui voudraient les rejoindre pour la bague en juin. On n’a pas toujours ce qu’on veut LeBron, il faut savoir avec ce qu’on a et même si Charles Barkley l’a dit à sa manière, tu es loin d’être malheureux. A toi de montrer encore une fois que tu peux leader une équipe, sans forcément prendre la balle dans les mains de tes meneurs.

Car la meilleure punchline de Barkley, il l’a gardait pour la fin :

« C’est plus facile d’aller jouer des meneurs plutôt que des gars comme Green.

Assume ton physique LeBron, va te taper contre des types de ton gabarit parce que pour le moment, il n’y a vraiment pas de quoi chouiner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.